Publié le

Depuis la crise financière de 2008, des centaines de monnaies locales complémentaires (MLC) ont vu le jour dans le monde entier. Gadgets, tentatives de remettre l’argent à sa juste place, ou bouées de sauvetage pour périodes de fortes turbulences ? Le Wir, monnaie complémentaire emblématique, montre depuis 80 ans qu’elle peut doper l’économie en période de dépression.

Quelques 5 000 monnaies locales complémentaires (MLC) circulent aujourd’hui dans le monde. Le Wir, MLC Suisse née en 1934, n’est échangé que par les entreprises.

Booster la circulation de monnaie

Créée pendant la grande dépression par une poignée de petits patrons zurichois, le Wir ("nous") est émis par une banque coopérative. L’objectif était de créer une organisation d’entraide et de suppléer à la pénurie d’argent liquide liée alors à une excessive thésaurisation de la monnaie.

Aujourd’hui, le Wir circule dans toute la Suisse au sein d’un réseau de 65 000 PME adhérentes. Ici, pas de taux d’intérêt : les avoirs ne sont pas rémunérés en application des thèses du théoricien monétaire Silvio Gesell (1862-1930) qui s’était fait l’apôtre d’une monnaie fondante, c'est-à-dire d’une monnaie qui se déprécie si on ne l’utilise pas. Les Wir qui ne sont pas utilisés perdent donc de leur valeur du fait de l’inflation. Le système a été conçu pour encourager la circulation de la monnaie. "C’est la rotation de l’argent qui permet à l’économie de se développer et de prospérer. Celle-ci doit être la plus rapide possible", explique Hervé Dubois, responsable de la communication de la banque Wir.

Effet multiplicateur

Adossé au franc suisse (1 wir = 1 franc suisse) mais non convertible, le Wir est une monnaie purement scripturale : pas de pièces, ni de billets mais des ordres de virement et des cartes qui fonctionnent comme des cartes de crédit. En 2010, le chiffre d’affaires cumulé réalisé en Wir a atteint l’équivalent de 1,6 milliard de francs suisses.

1,5 milliard de Wir injectés dans l’économie génèrent un chiffre d’affaires 10 à 30 fois supérieur. De nombreux investissements n’auraient pas été réalisés si les PME n’étaient pas encouragées à puiser dans leurs avoirs pour éviter que leur MLC ne se déprécie. Cette monnaie peut contribuer en outre à l’octroi de crédit en cas de difficultés de trésorerie sans passer par le système bancaire classique.

Une monnaie anti-récession

James Stodder, économiste et professeur d’Université américain, soutient que le Wir aurait joué un rôle stabilisateur sur l’économie helvétique. Dans les périodes de forte croissance de l’économie, le volume des échanges en Wir se réduit. En revanche, il gonfle et prend de l’ampleur dès qu’une récession ou un ralentissement économique pointe le bout de son nez. Selon Hervé Dubois, plusieurs milliers de PME auraient ainsi pu survivre sans trop de dommages grâce au système Wir lors de la dernière récession qui a frappé la Suisse dans les années 1990.

Le Wir a inspiré plusieurs nouvelles monnaies complémentaires dont la SoNantes qui a été mise en circulation à la fin du mois d’avril dans l’agglomération nantaise. Mais à la différence du Wir, sa petite sœur nantaise s’adresse autant aux acteurs économiques qu’aux particuliers, dans le but de combiner ainsi efficacité économique et intérêt citoyen.