Publié le

Les transports de demain, on en parle beaucoup : propres, design, supersoniques… Mais quels sont ceux sur lesquels planchent vraiment les entreprises ? Ceux qui rêvaient de voitures volantes seront déçus… Mais les véhicules de demain font tout de même rêver, tout en privilégiant la sécurité des voyageurs, le confort et le respect de l'environnement.

Du train au tube sous vide

Le train n’a cessé d’évoluer au siècle précédent, passant de la vapeur à la sustentation magnétique. Pour le transport de rames de passagers, le souci reste aujourd’hui le même : comment voyager plus vite et plus propre. Plusieurs sociétés y travaillent. La société Hyperloop, le train conçu par l’entreprise du milliardaire Elon Musk (l’ancien dirigeant de Paypal et aujourd’hui de Tesla motors et de SpaceX), devrait rouler à 1 200km/h. Il permettrait de relier San Francisco à Los Angeles en 30 mn, au lieu d’une 1h30 en avion aujourd’hui.

Le retour du ballon dirigeable

Trop lents, trop grands… Les dirigeables ont disparu des cieux depuis de nombreuses années, mais pourraient faire leur retour dans un contexte de raréfaction des ressources. Les néo-zeppelins pourraient atteindre une vitesse de 280km/h et voler à près de 2 500 m d’altitude. Fonctionnant à l’hélium, un gaz inoffensif et ininflammable, il serait économe en carburant, pourvu d’une grande autonomie (24h de vol ou 4 450 km) et sans nuisance sonore… Bref, le ballon dirigeable de demain aura de nombreux atouts, au point d’en faire une alternative au cargo des mers. Aeroscraft, une ancienne firme soviétique aujourd’hui implantée au Etats-Unis, lui prévoit un avenir radieux même si elle reconnait que les investissements nécessaires pour développer le procédé seront lourds.

Le rêve du vol solaire

Dans le sillage de Progress Eagle, qui fonctionnera avec des cellules photovoltaïques. Celles ci permettront de recharger des batteries pour alimenter les appareils embarqués, tandis que les 6 réacteurs seront alimentés avec de l’hydrogène. L’avion de demain ?

Des voitures connectées

Redescendons sur terre, avec les voitures autonomes. Les pilotes automatiques pourraient devenir la norme. Google a ouvert la voie il y a quelques années avant d’être imité par Renault et la plupart des autres constructeurs. Les premières voitures autonomes sont attendues à l'horizon 2020. Parallèlement, l'instauration de caméras et de capteurs en tous genres permettront de supprimer les angles morts. Les pare-brise futuristes permettront de voir la route en réalité augmentée afin de mieux appréhender l’environnement, et sont déjà développés par des constructeurs comme Jaguar et Land Rover.

Des moteurs toujours plus propres

Les écologistes rêvaient d’un moteur qui ne rejette que de l'eau. Toyota a satisfait leurs desiderata. Sa Mirai, premier véhicule de série fonctionnant uniquement à l’hydrogène, roule déjà sur les routes du Japon. L’avantage de cette technologie ? Le temps de chargement de la pile à combustible nécessaire est réduit à 5 minutes pour un ravitaillement complet contre plusieurs heures pour l’électrique.