Publié le

Combien de trajets en voiture avez-vous fait le coffre vide ? N’y a-t-il pas là un moyen écologique et économique de rentabiliser ses trajets ? C’est en tout cas le pari de plusieurs plateformes, qui proposent aux particuliers ayant un colis et aux automobilistes ayant un coffre de s’entendre.

Un siège auto pour bébé, une poussette, des pots de confiture, deux chaises de camping… Derrière cet inventaire à la Prévert se trouvent les objets dernièrement expédiés dans le sud de la France par Cécile, une Montreuilloise de 37 ans. "Je me rendais en train chez mes parents, seule avec mon fils de six mois. Impossible de tout transporter moi-même. Alors j’ai décidé de faire appel à un transporteur", raconte-t-elle. Pas un professionnel, trop cher pour sa bourse, mais un voisin inconnu qui descendait quelques jours avant elle.

Du cher au "share"

Coût de la prestation ? 60 euros. 5 à 10 fois moins que si elle était passée par une société spécialisée. Pour trouver son bienfaiteur, la jeune maman est passée par un site qui met en relation les automobilistes se déplaçant "à vide" et les particuliers souhaitant transporter des objets volumineux. Le prix est négocié en ligne, en fonction du trajet et du colis. Entre économie et écologie, la recette du succès d’entreprise comme BlablaCar (covoiturage) se déclinent donc au coffre de nos petites citadines.

Un concept qui roule… sur les routes empruntées

Transport par la route, le rail ou les airs (Expediezentrevous.com, Yoninti.fr, Cocolis.fr, Colis-voiturage.fr), mise en relation de particuliers et transporteurs retournant chez eux à vide (Cotransportage.fr), livraison d’achat à domicile (Tous facteurs.com)… De nombreuses plateformes voient le jour et tentent de sortir leur épingle du jeu. Même les géants du transport entre particuliers s’y mettent, en donnant des conseils à ceux qui n’ont besoin de transporter que des objets et animaux de compagnie. Reste à attirer les utilisateurs. Car pour les entreprises basant leur développement sur le partage, atteindre une masse critique pour mailler l’ensemble du territoire est vital. Bien souvent, si les trajets entre Paris et Marseille sont nombreux, livrer une caisse entre Saint-Etienne et Montluçon via ces sites apparaît nettement plus difficile.

Un système complémentaire

On est donc encore loin de connaître le stress provoqué par l’arrivée d’UberPop ou d’Airbnb. Question de masse critique donc, mais aussi de qualité du service. Car comme tous les sites communautaires, le modèle fonctionne sur la confiance. Or, rien ne certifie que le buffet Louis XV de votre grand-mère arrivera à destination ou en parfait état. Et comme nous le rappelle Benjamin Lévine, co-fondateur de Tousfacteur.com, "si on prend un achat en ligne, la livraison est la phase qui génère le plus de stress. C’est un point d’anxiété. Tant que les entreprises de partage de coffre n’assureront pas leur chargement, elles ne joueront pas dans la même cours que les transporteurs classiques. C’est un système complémentaire, d’opportunité et de confiance". Pas de risque de concurrence pour La Poste donc, mais un bon moyen pour les particuliers de limiter l’impact carbone de nos transports et livraisons.