Publié le

Les progrès de la médecine et l’arrivée d’icônes pop de plus de 60 ans repoussent chaque jour les limites de la vieillesse, ringardisant au passage le concept de 3ème âge. Alors finalement, "être vieux" qu’est-ce que cela veut dire ?

Un âge incertain

"J’ai compris que j’étais devenu vieux lorsque que dans ma boite mail, les spams pour les crédits à la consommation et l’allongement de pénis se sont transformés en publicités pour les assurances-obsèques et le Viagra. Au même moment, la mairie me proposait des tarifs préférentiels dans les transports. Je venais d’avoir 60 ans, mais je n’étais même pas encore à la retraite. Et surtout, je ne me sentais pas vieux ! "

Si Dominique a mal vécu cette période, c’est parce que personne ne s’accorde sur l’âge de la vieillesse. Alors que l’administration place l’arrivée des premières prestations sociales à 60 ans, le marketing qualifie de "séniors" les cinquantenaires : c’est l’âge des premiers changements physiques - cheveux blancs, baisse de vue, ménopause - et de l’arrivée de petits-enfants (55 ans selon l’Insee).

Quant à Dominique, aujourd’hui âgé de 67 ans, il se sent toujours jeune. Rien de plus normal, car si les moins de 18 ans placent l’âge de la vieillesse à 46 ans, les adultes estiment en moyenne que l’on est vieux à 70 ans, révèle un sondage de 2014. Question de point de vue, donc. Surtout que la différence entre l’âge réel et l’âge ressenti ne cesserait d’augmenter avec le temps. D’après une autre étude*, les gens ayant entre 50 et 64 ans se sentiraient plus jeunes de dix ans en moyenne. Et après 65 ans, ils se rajeuniraient de 19 ans.

En somme, les "séniors" ne se sentent plus "vieux". Et d’ailleurs, en ont-ils seulement le choix ? Avec le recul de l’âge de la retraite, l’apparition continuelle de nouvelles technologies et les bouleversements du monde du travail qui les accompagnent, il n’est plus vraiment possible de "vieillir tranquille" dans un coin de l’open-space : "Etre estampillé "vieux", c’est la fin en entreprise." confie Sylvie, 57 ans. "Il faut savoir, pour garder sa place, se tenir au courant et se mettre à la page. Ce qui était simplement un plus dans une carrière est devenu obligatoire."

Vive les sexygénaires

Les vieux modèles ont donc changé, et il faut bien avouer qu’avec les progrès de la médecine et les nouvelles normes sociales, être sexagénaire en 2015 est bien différent du siècle dernier. Aujourd’hui, les séniors font du sport et suivent la mode. Même les marques "jeunes" s’intéressent à cette tranche d’âge en mettant en scène des mannequins "matures", comme American Apparel en 2012, avec Jacky O'Shaughnessy, 61 ans.

A la télévision et dans les magazines, Inès de la Fressange, 57 ans, est de toutes les publicités pendant que Jane Fonda, 77 ans, multiplie les comédies romantiques. Quant aux Rolling Stones, ils continuent à 70 ans passés de remplir les stades.

Riche en temps et en pouvoir d’achat, les "sexygénaires" voyagent, vont dans les musées, apprennent à cuisiner ou à parler d’autres langues... Bref, ils consomment. Et alors que le reste de la population connaît la crise, ce marché représente pour bien des marques un créneau d’avenir. Selon l’Insee, les Français âgés de plus de 60 ans seront plus de 21 millions en 2035.

Le premier jour du reste de la vie

Entre nécessité de rester "branché" et désir de mordre la vie à plein bridge, les séniors changent la donne de la vieillesse. Rien d’étonnant donc qu’ils redéfinissent les rôles de grands-parents : si l’arrivée des petits-enfants est toujours vécue avec bonheur, ces papy-boomers hyperactifs n’assument pas toujours l’image que cela leur renvoie, comme le croquait Anne Roumanoff dans un sketch : "Ma mère ne veut pas que son petit-fils l’appelle mamie… Elle veut qu’il l’appelle "belle" ". Surtout, ils refusent l’idée de jouer les baby-sitters d’appoint, comme s’ils n’avaient pas de vie. "J’aime mes petits-enfants, mais je veux pouvoir partir à la montagne avec mon mari sur un coup de tête. Il nous reste environ dix ans pour faire tout cela. Nous voulons en profiter", confie Marie-Françoise, 65 ans.

Profiter tant qu’il est encore temps, avant d’être vraiment vieux et de préférer son jardin à une croisière en bateau.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : "Profiter tant qu’il est encore temps, avant d’être vraiment vieux et de préférer son jardin à une croisière en bateau", résume Jean, 80 ans, loin de considérer cette accalmie comme une tragédie.

Mais alors à quel âge est-on "vraiment vieux" ? Peut-être est-ce à relier au besoin de quiétude, voulu ou forcé, à la baisse de vitalité… Des années que le philosophe Jean Baudrillard a joliment décrites dans son autobiographie "Cool Memories" comme ce moment où après avoir grandi, appris, aimé, et espéré chaque jour des expériences plus fortes, il sentit que cela était "derrière lui" et eut le sentiment de vivre "le premier jour du reste de sa vie".

OpinionWay réalisé pour Damart en octobre 2014 -
* Kantar média, 2011

Mots-clés