Publié le

La science-fiction en rêvait, les années 2000 l’ont fait : bienvenue dans un monde robotisé. Mais au service de l’humain, où le progrès vient assister ceux qui en ont le plus besoin. Avec les droïdes, la protection se conjugue au futur proche. Tour d’horizon.

Apaiser la détresse

Une jolie boule de poils : Paro bouge, cligne des yeux, parle et réagit aux stimulations. Ce phoque en peluche, destiné aux malades atteints d’Alzheimer, est un soutien affectif. Développé au Japon, il stimule la curiosité et l’éveil des malades, tandis que sa forme réconfortante permet de le serrer dans les bras sans appréhension : l’apparence de cette peluche robotisée est étudiée pour ne pas "effrayer" les personnes âgées. Avec Paro, les robots apportent un peu de douceur…

Mais un peu de force brute est parfois utile aussi. Au Japon comme en Suisse, des exosquelettes robotiques pour la rééducation des victimes d’AVC ont ainsi été créés. A l’instar d’un kiné ou d’un médecin, ils aident les patients à réaliser des mouvements physiologiques pour compléter leur rééducation. En France, le CRIIF (Centre de robotique intégré d’Ile-de-France) a développé Sami, un semi-humanoïde capable d’assister une personne à son domicile. Sa particularité tient dans sa robustesse et sa dextérité : il peut attraper des objets, ouvrir une porte et relever une personne tombée à terre. L’avantage du robot ? Il est toujours là, et toujours prêt.

Accompagner la perte d’autonomie

Accompagner les ainés demande du temps et surtout de la vigilance. C’est le but de robots tels que Beam plus, conçu par la société Awabot, ou Kompaï, imaginé par Robosoft. Pour ces derniers, il n’est pas question d’effectuer des tâches – ils n’ont pas de bras – mais bien d’être aux côtés d’une personne pour l’assister : rappeler la prise de médicaments, les heures de repas, appeler en visio-conférence le médecin ou la famille, gérer les rendez-vous ou encore répondre à des questions banales, comme le temps qu’il fait. Le potentiel est considérable et ces robots « majordomes » devraient bientôt pouvoir couvrir des fonctions de surveillance médicale.

Aider les aidants

Alors, les robots, meilleurs amis de l’homme et des médecins ? On s’en rapproche : le personnel soignant à domicile est un service coûteux, et appelé à le devenir de plus en plus. Dans ce contexte, le recours aux robots fait partie de la solution pour généraliser ce soin au plus grand nombre : Disponibles 24h/24, 7 jours/7, les robots peuvent assister les aidants et le personnel dans leur travail quotidien, autant pour sonner l’alarme que pour assurer les premier secours. Un bon début…