Publié le

Alors que le nombre de réfugiés climatiques risque d’augmenter, les architectes tentent de trouver des solutions, entre prospective lointaine et réalisme esthétisé. Les dessins des projets ressemblent alors à une belle utopie, mais reliée au besoin de se protéger face aux risques de catastrophes naturelles.

Rien qu’en France, 1 habitant sur 4 – et 1 emploi sur 3 – se trouverait en zone inondable selon les données du Centre Européen de prévention de Risque d'Inondation.

D’après les estimations les moins alarmantes du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le niveau des océans devrait monter de 20 à 90 cm au cours du XXIe siècle. Cette hausse entraînerait des pertes de terres émergées : 1% en Égypte, 6% aux Pays-Bas, 17,5% au Bangladesh et jusqu'à 80% environ dans l'atoll Majuro en Océanie (îles Marshall, Kiribati et peu à peu les îles Maldives). 50 millions de personnes seront ainsi affectées, risquant de devenir des réfugiés climatiques.

Face à ces perspectives, les architectes comme Vincent Callebaut se préparent et rêvent de constructions protégeant les humains.

diapo-2-architecture-climatique-780x415
slide0

Lilypad, une écopolis flottante, multiculturelle, fonctionnant en symbiose avec les cycles naturels.

diapo-3-architecture-climatique-780x415
slide1

Des îles autosuffisantes produisant oxygène et électricité à partir de CO2 et de déchets.

diapo-5-architecture-climatique-780x415
slide2

Pour Deltasync, la solution est d’habiter directement sur l’eau.

diapo-4-architecture-climatique-780x415
slide3

Le projet Blue Revolution de Deltasync envisage de grignoter le vaste espace disponible sur l’océan.

diapo-1-architecture-climatique-780x415
slide4

Ces "gratte-océan" imaginés par Callebaut sont imprimés en 3D à partir de déchets du 7e continent.

Crédit "VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES - vincent.callebaut.org".
Nous avons déjà pu admirer le travail de Vincent Callebaut. Mais ses visions futuristes ne se limitent pas à Paris. Face au risque d’inondation massive, Lilypad propose une alternative : une sorte d’écopolis flottante, multiculturelle dont le fonctionnement serait en symbiose avec les cycles naturels. Le but est d’accueillir les réfugiés climatiques dans ces nouvelles cités flottantes.

Crédit "VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES - vincent.callebaut.org".
Les îles Lilypad, inspirées des feuilles de nénuphars, sont capables de produire elles-mêmes de l’oxygène et de l’électricité, en recyclant les CO2 et les déchets. Elles peuvent aussi accueillir des champs d’aquaculture et des corridors d’agriculture sur et sous la coque afin de subvenir aux besoins alimentaires de la communauté résidente.

_CC Deltasync
Le projet Blue Revolution de Deltasync envisage de grignoter le vaste espace disponible sur l’océan.

Crédit "VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES - vincent.callebaut.org".
Ces "gratte-océan" imaginés par Callebaut sont imprimés en 3D à partir de déchets du 7e continent.