Publié le

Accroître le bien-être des patients en luttant contre leur isolement. Voici le beau défi que s’est lancé Julien Artu en créant My Hospi Friends, le premier réseau social hospitalier au monde.

Les likes contre l’isolement

En 2011, My Hospi Friends, le premier réseau social visant à connecter les patients en milieu hospitalier. Depuis l’Hôpital Foch de Suresnes, le premier à avoir cru au potentiel de ce réseau social, 26 hôpitaux en France ont été séduits, dont 19 en Corse. Désormais, tous les patients de l’Ile de Beauté pourront faire connaissance, virtuellement ou non, échanger autour de leurs passions sur des forums dédiés (littérature, jardinage, bricolage, beauté)… Et ainsi favoriser leur guérison, en luttant contre le mal-être qui peut avoir des conséquences désastreuses sur leur santé, comme l’ont ainsi prouvé en 2014 les équipes du professeur John Cacioppo, psychologue social à l’Université de Chicago, que le sentiment de solitude était associé à une augmentation de 14% de la mortalité prématurée chez les personnes âgées.

En étant occupé, le patient se sent moins angoissé.

L’hôpital tisse sa toile

Pour les cliniques et CHU qui choisissent d’installer ce réseau, les avantages sont nombreux. "My Hospi Friends est d’abord un axe de communication à la fois externe et interne" nous informe Julien Artu. "À l’extérieur, il véhicule l’image d’un établissement connecté. Au sein de l’hôpital, il lui permet de transmettre des informations au patient". Mais ce n’est pas tout : le réseau social a une incidence directe sur le travail du personnel hospitalier : "En étant occupé, le patient se sent moins angoissé. D’ailleurs les équipes soignantes enregistrent moins d’appels non médicaux". Pour toutes ces raisons, les hôpitaux franchissent le pas et prennent à leur charge le coût d’acquisition du réseau, de 3 000 à 10  000 euros par an, selon le nombre de lits et les services associés.

Des films en perfusion

My Hospi Friends semble répondre à une vraie demande : pas moins de 70% des patients admis en longue durée à l’hôpital Foch se sont inscrits. "La majorité des hôpitaux ne proposent qu’une location de télévision à 5 € par jour en moyenne. À l’heure du multi écran et du tout connecté, cela est insuffisant. Il faut que les nouvelles technologies entrent enfin à l’hôpital et améliorent le bien-être des patients" explique Julien Artu. C’est pour offrir un panel de divertissement plus large qu’il recherche des partenaires dans les domaines de la musique et de la VOD. "My Hospi Friends proposera bientôt un accès premium à Deezer, la plateforme de musique en ligne" ajoute-t-il. En somme, My Hospi Friends se veut un premier réseau social d’utilité publique. De quoi "liker" et partager cette belle initiative.

Propos recueilli à l’occasion du salon S3 Odéon sur l’avenir de la médecine.

Retrouvez My Hospi Friends sur Facebook.