Publié le

La e-santé ne connaît pas la crise ! Dopé par une croissance à deux chiffres, ce secteur en pleine expansion est soutenu par de nombreuses innovations, venant entre autres des applications mobiles et des objets connectés. Voici 6 grandes tendances de l’e-santé, illustrées par des entreprises françaises innovantes.

1. Se coacher plutôt que se soigner

Nombre de pas effectués, qualité du sommeil, tension… Les objets connectés mesurent les données de leurs porteurs. C’est le "quantified self". Ainsi équipés, les utilisateurs se transforment en acteur de leur propre santé. L’objectif : rester en forme et donc moins tomber malade.

Mesurant quelques centimètres, Withings, calcule les pas, comptabilise les mètres gravis, mesure la distance parcourue et vérifie le nombre de calories éliminées pour moins de 100€.

2. Améliorer l’observance thérapeutique

9,3 milliards d’euros. C’est le coût de la non-observance thérapeutique (le fait de ne pas prendre ou de mal prendre son traitement) en France. Trop salée, cette facture imputable en grande partie aux personnes souffrant d’affections longues durées pourrait être partiellement comblée grâce aux outils de la e-santé. Comment ? En envoyant des rappels aux malades, pour leur faciliter la vie.

Créateur de solutions d’observance pour la sécurité du médicament et son bon usage, Imedipac, un pilulier connecté qui s’éclaire, émet des sons et envoie des SMS. Difficile dans ces conditions d’oublier ses pilules !

3. Suivre les patients à distance

Reliés à des applications mobiles, les dispositifs médicaux connectés permettent déjà aux médecins de suivre à distance certains malades. Le développement de la e-santé devrait généraliser cette pratique. A l’avenir, plus personne ne se déplacera pour une consultation de contrôle. Les patients télétransmettront leurs résultats, et le rendez-vous ne sera pris que si l’état de santé le justifie.

En partenariat avec le laboratoire Sanofi, la start-up Voluntis a créé Diabéo. Cette application qui comprend un lecteur de glycémie connectable à un Smartphone, une interface web et un service de télésuivi, assure la télétransmission des résultats au médecin, tout en calculant en temps réel les doses d’insuline du patient.

4. Faciliter le passage en pharmacie

Avec l’allongement de l’espérance de vie, progressent aussi les maladies chroniques génératrices d’ordonnances en série qui complexifient le parcours médicamenteux du malade. Pour pallier cette situation, les acteurs de la e-santé réfléchissent à des solutions qui renforcent la connexion entre le patient et son pharmacien. Bienvenue dans l’ère de la pharmacie digitale !

Grâce à l’application Pharmao, le patient envoie son ordonnance directement à son pharmacien. Cette solution permet d’améliorer la gestion des stocks, réduire le temps d’attente et, de manière globale, améliorer la qualité des prestations dans le parcours du patient.

5. Rendre le soin ludique

Qui a dit que l’éducation à la santé devait être rébarbative ? Les serious game - littéralement "jeux sérieux" - permettent d’allier divertissement et pédagogie et in fine de s’intégrer dans un schéma thérapeutique auprès des malades. Le but n’est pas tant d’amuser que de faire accepter une pathologie et son traitement. Les serious games constituent donc un moyen de dédramatiser tout en investissant le patient dans la démarche de soin.

L’agence Neo Digital a développé "Objectif Mobilité", un serious game interactif qui propose les apprentissages nécessaires à l’acquisition de l’autonomie des enfants et adolescents handicapés mentaux dans leurs déplacements à pied, vélo, voiture ou bus.

6. Pour les soignants : accompagner la prise de décision

Les applications et objets connectés permettent de collecter un nombre exponentiel de données qui, rassemblées, constituent le "Big data". Cette immense quantité de données, analysées par l’intelligence artificielle, permet aux soignants de prendre des décisions plus judicieuses. En effet, les probabilités de diagnostics seront affinées, et l’efficacité de chaque traitement encore mieux connue.

Le logiciel édité par la start-up Khresterion aide les médecins dans leurs diagnostics et le choix de traitement pour les patients atteints de diabète ou de cancers.