Publié le

Aux Pays-Bas, le centre Hogewey révolutionne la prise en charge des seniors atteints de démence. En gardant l’apparence d’un village, l’établissement multiplie les initiatives pour préserver l’autonomie de ses patients le plus longtemps possible.

Bienvenue à Hogewey, petit village de la banlieue d’Amsterdam où personne ne pourrait imaginer que derrière les jolies maisons, le parc, le supermarché, le restaurant et le cinéma, se cache en réalité un établissement hospitalier. Pourtant, depuis 2009, le Centre Hogewey accueille des patients souffrant d’une forme sévère de démence avec un objectif fort : préserver au mieux la vie normale malgré la maladie.

Chaque jour, les 152 résidents se lèvent, font leurs courses, aident à la cuisine ou se retrouvent au cinéma. Autour d’eux, les 250 membres du personnel du village, du caissier à l’ouvreuse, sont des aides-soignants et des infirmiers habillés en civil pour faire oublier l’aspect médicalisé de l’endroit.

Préserver au mieux la vie normale malgré la maladie.

Les résidents sont répartis par groupes de 6 à 8 dans 23 maisons différenciées par leur mode de vie. Sept atmosphères ont été recréées pour répondre aux anciennes habitudes et préférences des pensionnaires en matière de décoration, d’interaction avec les autres et d’activités. Dans la maison Artisan, "ce sont des plombiers, des menuisiers, etc. L’amour pour leur métier est un sujet de conversation apprécié", explique le site internet du Centre. Plus loin, dans la maison Chrétiens, c’est la religion qui est la principale caractéristique.

Les résidents sont autorisés à sortir de chez eux quand bon leur chante. Il y a toujours quelqu’un pour les raccompagner si besoin. Tout est pensé pour qu’ils conservent leurs repères. Dans une interview, la directrice de l’établissement, Jannette Spiering assurait même que leur état s’améliorait dans les premières semaines, qu’ils étaient plus apaisés. Ce nouveau regard sur la folie séduit manifestement les familles, puisque la liste d’attente pour intégrer Hogewey est aujourd’hui de plus d’un an.