Publié le

Eté 2012 : Frédéric Sausset passe ses vacances en famille dans les Landes. Il ne s’attend pas à ce qu’une égratignure à la main vienne bouleverser sa vie. Cette petite blessure, qui n’a l’air de rien, est infectée par une bactérie rare, un streptocoque. Elle conduit Frédéric Sausset à l’hôpital. Il s’y réveillera d’un coma un mois plus tard, amputé des bras et des jambes. Une épreuve terrible pour ce chef d’entreprise de Blois et sa famille.

Pourtant, il choisit de ne pas se laisser abattre : il ne veut pas survivre, il veut vivre ! Cette force le pousse à se lancer dans un défi incroyable. Passionné depuis l’enfance par les sports automobiles, il décide de participer aux 24h du Mans à bord d’un prototype Morgan LMP2, aux côtés de coureurs valides.

Il part de loin : il n’a jamais piloté de sa vie et les défis sont tout autant physiques que techniques. Il finit néanmoins par convaincre de nombreux sponsors : AXA, Audi, l’Automobile Club de l’Ouest… Son automobile est adaptée à son handicap. Il améliore ses temps à chaque entrainement.

diapo-frederic-sausset-24h-du-mans-780x415

Circuit de Barcelone, de Magny-Cours, du Castellet… Après 3 ans d’entrainement, Frédéric a fédéré autour de lui une véritable équipe. Rejoint par Christophe Tinseau, Jean-Bernard Bouvet, il joue collectif : "Les 24 heures du Mans sont avant tout une épreuve d’équipe qui ne se gagne pas seul".

Cet esprit collectif, on le retrouve aussi dans la fondation qu’il a créée : la "Fondation Frédéric Sausset Ma course à la Vie", sous l’égide de FACE (Fondation Agir Contre l'Exclusion). A travers elle, Frédéric compte démontrer que le retour à la mobilité est possible y compris dans des conditions extrêmes et tester des solutions techniques et technologiques pour l’adaptation de véhicules.

Aujourd’hui, à force d’endurance et de ténacité, son rêve est sur le point de se réaliser. Comme tout grand challenger, Frédéric a besoin de défi, nous sommes donc très impatients de connaitre le prochain.

En attendant, souhaitons-lui bonne chance : GO Frédéric !