Publié le

Entreprendre est un parcours semé d'embûches, et les premières difficultés rencontrées peuvent souvent être liées… aux démarches et formalités juridiques. En créant legalStart.fr avec ses deux associés, Pierre Aïdan a cherché à répondre à un problème simple et récurrent de nombre d'entrepreneurs français, en leur simplifiant l'accès au droit.

Votre naissance ?

Legalstart est née en 2013 et a été ouvert au public en mars 2014. Nous avons donc fêté cette année nos 3 ans d'activité !

J’ai rencontré Stéphane Le Viet à Harvard et Timothée l’année d’après à New York. Nous avons très vite eu envie d'entreprendre ensemble. J'étais pour ma part avocat. On a commencé à regarder les innovations juridiques qui émergeaient aux Etats-Unis. De nombreux services s'y lançaient pour répondre aux difficultés des entrepreneurs et des particuliers dans le domaine juridique. Rien de tel n'existait encore en France. On n'a pas hésité longtemps : après une rapide étude de marché qui a confirmé notre intuition, on s'est lancés !

Notre pari était le suivant : 550 000 créateurs d'entreprise se lancent en France chaque année. Les formalités administratives peuvent être complexes : rédaction des statuts, du pacte d'actionnaires, immatriculation de la société, ouverture d'un compte bancaire dédié… Pour toutes ces démarches, ainsi qu'un grand nombre de démarches standard de la vie de l'entreprise (premier contrat de travail, première facture, protection de la marque), legalstart.fr propose de les automatiser grâce au digital, de façon simple, rapide et moins chère.

Votre meilleur atout ?

J'en citerai deux. Tout d'abord, nous sommes précurseurs sur notre service. Cela nous laisse la possibilité d'avancer vite, avec moins de freins. Mais nous ne pourrons pas toujours nous reposer sur cette avance. C'est là qu'entre en jeu notre deuxième atout : nous avons développé une approche centrée sur nos clients. Nous faisons en sorte de tester sans arrêt nos services pour être parfaitement en adéquation avec leurs besoins. Un exemple ? S'ils donnent à leur expérience sur legalstart.fr une note inférieure à 8/10, nous les appelons individuellement pour comprendre ce qui s'est passé et réagir en conséquence.

Votre plus gros challenge ?

Il y a énormément d'opportunités à saisir dans le domaine du droit en ligne, des "legaltech". Notre plus gros challenge est donc de rester bien concentrés sur notre cible, c’est-à-dire, les TPE/PME, et de ne pas nous laisser disperser par les différentes sollicitations que nous recevons. Il très tentant évidemment de se diversifier, mais nous devons d'abord travailler à bien servir notre cible, plutôt que de courir plusieurs lièvres à la fois, car les besoins sont énormes.

Le partenariat que nous avons monté avec AXA est en parfait alignement avec nos objectifs, puisque nous nous allions pour proposer des offres à tarifs préférentielles aux pro ainsi que la protection juridiques à nos clients créateurs !

Votre plus belle histoire ?

Je dirais que c'est l'histoire de la relation que nous avons bâti avec les 2 autres co-fondateurs : on autofinance notre projet, tout en réussissant à bien produire et exécuter. Le fait de rester en fonds propres nous permet une véritable autonomie et ne freine en rien notre développement pour l'instant.

Et puis, au quotidien, on fait l'expérience quotidienne d'aider un certain nombre d'entrepreneurs à lancer leur activité. Je pense particulièrement aux VTC qui sont nombreux à avoir besoin d'une solution pas chère et rapide pour se lancer !

Votre meilleur allié ?

Les retours de nos utilisateurs ! C'est comme cela qu'on réussit à progresser au quotidien. En réalité, notre meilleur allié, ce sont nos clients !

Votre prochaine étape ?

Investir dans des technologies. Il y a énormément de choses à développer du côté des solutions d'intelligence artificielles notamment, qui peuvent nous aider à mieux traiter la donnée, pour finalement mieux répondre aux besoins de nos clients. Cela s'annonce passionnant !

Votre conseil aux entrepreneurs qui se lancent ?

Je pense que la relation entre les associés est clé. Avant de se lancer, il faut bien définir quels sont les objectifs personnels et les motivations de chacun des co-fondateurs. Il faut également clarifier les missions et en reparler régulièrement, pour rester sur la même longueur d'onde, car les motivations évoluent au fil du projet.

Mots-clés