Publié le

Et si les données les plus utiles n'étaient ni les plus nombreuses, ni les plus complexes à analyser… Mais bel et bien les données de bon sens, celles de tous les jours ? Découvrez les bénéfices d’une bonne gestion du "small data" !

Sur les 3,4 millions d’entreprises françaises en activité, 95% comptent moins de 10 salariés et moins de 1% sont de grandes entreprises. La plupart ne disposent donc ni de la capacité à collecter des données sur de grands volumes, ni des ressources pour les exploiter. Elles ont en revanche accès à nombre de "petites données" facilement exploitables qui leur permettent d’en savoir beaucoup sur leurs clients : bienvenue dans le monde des données à taille humaine.

Le small data, c’est quoi ?

L’exploitation "small data", par opposition au "big data", consiste à recueillir et analyser ces informations simples qu’une entreprise obtient directement de ses clients. Parmi elles, le nom, les coordonnées, l’adresse géographique, ainsi que quelques informations de base sur les préférences et le profil d’achat. Des informations qui, par définition, peuvent être stockées et analysées sur un seul ordinateur… et non dans un hangar rempli de serveurs.

Ces données, dont la nature varie selon chaque entreprise ou secteur d’activité, sont collectées à diverses étapes de la relation client, aussi bien dans l’espace physique que dans l’espace numérique. La première étape consiste donc à identifier les sources d’informations existantes (entretiens commerciaux, fiches clients, formulaires en ligne…) puis à uniformiser leur collecte afin de pouvoir aisément les compiler et les analyser.

Le "Small data" propose trois avantages majeurs :

  • La disponibilité : l’ensemble des informations recueillies directement auprès des clients sont disponibles facilement et gratuitement.
  • La fiabilité : ces données sont, en général, entièrement fiables, mis à part quelques imprécisions ou erreurs de saisie. En outre, elles ne requièrent pas de compétences avancées en termes d’analyse.
  • La pertinence : ces données simples, donc facilement comparables entre-elles, permettent une analyse directe pour des applications directes.

Analyser le "small data" : vers le "smart data" !

Une analyse efficiente du "small data" suppose une identification en amont des indicateurs les plus adéquats. Cette étape permet de ne collecter que les informations utiles, afin de ne pas se laisser "polluer" par des données à la pertinence moindre. Les indicateurs retenus doivent apporter des réponses opérationnelles à deux questions majeures : Qui utilise les produits et services de l’entreprise ? De quelle manière sont utilisés ces produits et services ?

Dans un second temps, il convient d’affiner ces premiers indicateurs et de gagner en précision afin d’identifier, par exemple, les déclencheurs de l’acte d’achat, les services les plus utilisés par les différents types de clients (et à quel moment), ou encore les services complémentaires souhaités. Le tout en fonction de diverses segmentations, bien évidemment.

Le résultat ? Vos "small data" deviennent des "smart data", c’est-à-dire un ensemble de données à partir desquelles votre analyse parvient à tirer des recommandations personnalisées, contextualisées et opérationnelles pour votre entreprise. Il ne vous restera plus qu’à en retirer les fruits !

Anticiper les attentes, améliorer les services, soigner la relation

Dans les actes, l’analyse de ces données se traduit tout d’abord par une amélioration permanente des produits et services. Si la clientèle se déplace géographiquement, l’entreprise fera suivre la force de vente ; si le profil du cœur de cible de l’entreprise évolue de manière importante, le marketing saura dans quelle direction adapter la gamme, etc.

Il en va de même de la communication à destination des clients, mais aussi des prospects. À titre d’exemple, connaître les principales raisons qui poussent les clients à faire appel à l’entreprise aidera à placer le formulaire de contact à l’endroit adéquat sur l’arborescence du site Internet de l’entreprise, mais aussi à recentrer sa communication sur les messages-clés répondant à ces besoins.

In fine, c’est bel et bien la qualité de la relation – en tant qu’échange de services, mais aussi en tant que confiance et dialogue – qui est au cœur de l’analyse "small data". Un aspect incontournable et qui fournit autant d’arguments rationnels et émotionnels pour un client de rester fidèle à l’entreprise ! Dans la data aussi, small is… beautiful !

Mots-clés