Entre débrouille et ingéniosité, ils cherchent à protéger notre avenir

Ils sont jeunes, ils n’ont pas 20 ans, mais ils cherchent tous à rendre le monde meilleur autour d’eux avec leurs inventions. Entre débrouille et pugnacité, ils protègent notre avenir. Portraits :

Vous qui vous réveillez en sursaut au son d’un buzzer, réjouissez-vous : demain, ce sera la fragrance fraise tagada qui vous sortira du lit. Il faut remercier Guillaume Rolland, qui est arrivé en final du concours mondial "Google science fair" avec son prototype de réveil olfactif, après avoir gagné une médaille d’or au concours Lépine. Ce jeune étudiant voulait aider les personnes âgées à se lever à l’heure malgré leur problème d’audition. Aujourd’hui, les investisseurs se battent pour son réveil qui pourrait être commercialisé dès 2015. Une invention qui sent bon !

Le corps humain peut être une vrai petite pile : voilà l’idée lumineuse de cette canadienne lauréate du Google Science Fair en 2013. Grâce au différentiel de température entre la paume de la main et l’air ambiant (l’effet Peletier), sa lampe peut éclairer pendant 20 minutes. Un système économique et durable pour éclairer le monde, simple comme une poignée de main.

Les personnes ayant un handicap moteur lourd ont la plus grande difficulté pour s’exprimer. Dans les pays les plus développés, des systèmes coûteux suivent les mouvements des yeux pour permettre de rédiger quelques mots. Arsh a inventé un système de synthèse vocale à partir du souffle. La personne code en morse ses lettres en respirant, tout simplement. Un procédé abordable, rapide, portable et générique, qui pourrait sortir du mutisme de nombreuses personnes handicapées.

C’est selon ses dires "en traînant sur internet" que Jack Andraka a eu l’idée d’un nouveau protocole pour dépister le cancer du pancréas. Cette méthode serait 160 fois moins chère et plus rapide que le précédent diagnostic. Rapidement soutenu par un professeur d’université pour conduire ses expérimentations, Jack a vu ses intuitions partiellement confirmées. Lauréat de plusieurs prix pour ses recherches, il nous prouve que nous sommes tous à quelques clics de grandes découvertes.

Cette jeune turque a eu pour idée de réutiliser la cellulose contenue dans les peaux de bananes pour créer un bioplastique. Après deux ans et de nombreuses expériences ratées, elle reçoit le prix "Science in Action" de 2013 pour avoir enfin développé un "banano-plastique" stable, écologique et économique !

Les bus de ramassage scolaire américains sont reconnaissables : ils ressemblent à de grosses briques jaunes sur roues, fiables et solides… Mais très peu aérodynamiques. Soucieux dès 12 ans de réduire son empreinte carbone, le petit Jonny développe pendant près de 5 ans différentes versions de "boucliers" pour améliorer la consommation des bus. Sa dernière version coûtera à peine 30$, et pourrait réduire la consommation d’essence des autocars jaunes de 15%.

Ces jeunes inventeurs ont un point commun : l’audace de penser différemment, la curiosité de tester leur idée, et un esprit pratique à toute épreuve… Une leçon à méditer à tout âge…

Lire la suite

Mots-clés